Les Réflexions interactives

3 - 2014 Résumé de la séance du 10 octobre

Le vendredi 10 octobre nous avons établi que réfléchir sur notre culture, sur la culture c’est essayer de répondre à de nombreux problèmes auxquels nous sommes confrontés au quotidien. La coexistence avec des groupes plus ou moins conscients de l’existence de notre culture, plus ou moins bienveillants envers elle, plus ou moins agressifs, nécessite une connaissance du bien fondé de l’affirmation de notre autochtonie , de sa légitimité ou de sa force due entre autres à son antériorité. 

Lorsque les règles institutionnelles auxquelles nous souscrivons au quotidien ne semblent que trop partiellement observées par les citoyens, le réancrage culturel est une des seules voies de réinstitutionalisation positive. Cela vaut aussi bien pour les autochtones que pour les hôtes qui ont besoin de savoir quel est le sol qu’ils foulent plutôt que de rester dans une vague abstraction d’un vivre ensemble in fine toujours source d’inconfort.

Après avoir visionné une fiction documentée sur l’émergence d’homo sapiens la discussion a conduit à considérer que la culture est au fondement de la survie de tout groupe humain. La survie de tout individu passe par la communication, la coopération, les plaisirs partagés et l’élaboration de règles sur la place de chacun (temporaire à l’aune du déroulement d’une existence mais  indispensable pour fonder une bonne autorité auprès de ceux qui grandissent). 
JF Marro a souligné, lors de la soirée inaugurale de la rentrée, que le terme ‘culture' vient de ‘colere’ c’est à dire cueillir, cultiver, récolter et même honorer (au sens de culte!) et ce aussi bien les produits de la terre que les œuvres de l’esprit humain. Nous essaierons ce vendredi 14 novembre (vers 19h30) de réfléchir sur ce double sens, d’ en  établir des liens. Dans la countea de nissa  comment peut on lire  ces deux facettes à travers sa culture ? 
Venez débattre de manière libre et détendue afin que vos arguments soient mis en résonance avec ceus des autres participants. 
Un petit documentaire sur les fondements de la culture stimulera le débat 


Henri Malaussena